Membranes denses

La nanofiltration et l'osmose inverse sont définies comme des membranes denses. Jusqu’à présent, la nanofiltration est surtout utilisée dans l'industrie et pour le traitement de l’eau potable; l'osmose inverse, de son côté, est surtout utilisée pour le dessalement de l'eau de mer. Il existe également des installations individuelles pour le traitement des eaux usées purifiées municipales, dont les plus connues sont celles de Wulpen (Belgique), Orange County (États-Unis) et Singapour. Dans toutes ces installations, l'eau produite est traitée pour devenir potable après des étapes de traitement supplémentaires.

Principe de fonctionnement

En plus des matières solides, certaines substances dissoutes telles que les macromolécules ou les ions sont en partie retenus au moyen de membranes denses. Les membranes denses sont constituées d'un matériel qui - en termes simples - permet une perméabilité de l'eau plus élevée que pour les substances qui y sont dissoutes. Les substances sont retenues à la fois grâce au principe d'exclusion en fonction de la taille et également grâce à l'interaction électrostatique.

Pour que l’eau puisse passer à travers les membranes denses, elle doit être mise sous pression. Les produits résultants de ce processus sont l’eau purifiée (perméat) et une partie résiduelle nommée concentré (ou rétentat), qui contient les micropolluants sous forme concentrés. Le rendement (rapport entre le perméat et l’eau usée brute) se situe actuellement entre 75 et 90%, ce qui signifie que 10 à 25% de l’eau usée est retenue dans le rétentat. Ce concentré, qui contient tous les micropolluants retenus, doit être traité à son tour lors d’une étape supplémentaire puis évacué. Comme les micropolluants sont retenus, une couche superficielle se forme sur la membrane et performance du processus diminue rapidement. Il est donc nécessaire d’évacuer régulièrement cette couche superficielle.

xeiro ag