Questions relatives aux pertes de CA

Comment les pertes de CA peuvent-elles être minimisées?

Après le dosage de CAP, celui-ci doit être séparé le plus complètement possible des eaux usées épurées. Différents procédés ont été testés à cet effet: filtration avec floculant, filtration membranaire ou sédimentation suivie d’une filtration sur sable ou d’une filtration sur tissus. Une étape de filtration finale permet d’être tout à fait certain que les MES sont inférieures à 5 mg/l en sortie. Mais il est difficile de savoir de quoi ces MES sont composées quantitativement ou quelle est la part de CAP (les autres composants sont pour l’essentiel des flocs de boues activées et de floculant).

De nouvelles méthodes d’analyse (par exemple la thermogravimétrie) permettent de déterminer la part de CAP dans les MES. Des études actuelles montrent que les procédés de séparation susmentionnés permettent de retenir plus de 99% du CAP dosé (cf. article A&G, Kranstöver et al., n° 1 2017).

 

 

La perte de CA a-t-elle des effets négatifs sur les cours d’eau?

Le risque d’une redissolution dans les cours d’eau des composés traces fixés au CAP est actuellement considéré comme très faible (cf. également les analyses du Centre de Compétences sur les composés traces du Bade-Wurtemberg, Meckes et al., 2014). L’exploitation sur le long terme de nombreuses installations de CAP en Allemagne n’a pas permis de constater que les pertes de CAP engendraient des impacts négatifs dans les cours d’eau. La loi exige toutefois (art. 63 LEaux «protection efficace des eaux») que l’apport de CAP dans les cours d’eau soit minimisé.

Faut-il installer des membranes à la fin d’une étape CAP afin de retenir la plus grande quantité possible de CAP?

Non, une rétention efficace de CAP peut également être assurée avec d’autres procédés que les membranes. L’important est de garantir une rétention optimale du CAP.

 

 

Le CAP chargé de MP est-il nocif pour les organismes aquatiques?

Aucune étude n’a encore été effectuée à ce sujet. Il n’y a pas lieu de s’attendre à une redissolution à grande échelle des MP dans les cours d’eau.  Des essais visant à dissoudre des micropolluants issus du CAP ont montré que c'était pratiquement impossible.

 

 

La part perdue de MP sur le CAP doit-elle être déduite lors du calcul du rendement d’épuration?

Non, la mesure des composés traces s’effectue durant la phase dissoute, aussi bien dans le débit entrant que le débit sortant.

 

 

xeiro ag